Pur etc., La chaîne de Fast Good dans laquelle investir !

Un de mes resto favoris pour déjeuner à Strasbourg ou à Paris ?  PUR etc. bien sur !! Sans hésiter 🙂 Les produits sont locaux, achetés en direct des producteurs, et la cuisine simple et savoureuse, avec des bocaux consignés pour la vente emporter pour limiter les déchets. Moi qui prône le zéro déchet, le local & le bio dans tous les aspects de son quotidien, c’est forcément un concept que j’adore.

une chaîne de restauration-Café locavore qui propose des produits « Cueillis aux environs, cuisinés par la maison ». J’en parlais d’ailleurs déjà dans ici.

Il y a peu, ils m’ont contacté. Ils réalisent actuellement une levée de fonds et ils voulaient savoir si je voulais bien relayer l’information.

Ravie de ce premier contact, j’en ai profité pour leur poser toutes mes questions ! Et voici, leurs réponses 🙂

Vincent Viaud et Heloise Chalvignac ont cree un nouveau concept de restauration rapide "PUR et Caetera"

Héloïse et Vincent, pouvez-vous présenter rapidement votre parcours ?

Nous sommes issus d’une école d’ingénieurs en Génie Industriel Grenobloise. A la fin de nos études et suite à quelques voyages, nous avons eu envie de nous lancer dans l’aventure entrepreneuriale. Vincent a l’âme d’un entrepreneur (de père en fils), quant à moi (Héloïse) j’aime créer et je tenais à travailler dans un domaine éco-responsable.

Du Genie industriel à la restauration, ce n’est pas banal ! Comment avez-vous eu l’idée ?

En voyageant. Notamment à Berlin. Beaucoup de concepts nous ont inspirés là-bas. Mais PUR etc. reste un concept unique né de nombreuses réflexions et évolutions depuis 2009, année pendant laquelle on a commencé à travailler sur le projet.

PUR etc-GrandRue1
Pur etc. Grand rue à Strasbourg

Vous parlez de concept unique, pouvez-vous rappeler ce qui fait la particularité de Pur etc. ?

Nous nous démarquons de plusieurs façons :

  • Nous sommes le premier réseau de restauration rapide à travailler en direct avec des producteurs locaux.
  • Nous avons « osé » imposer à nos clients de manger dans des bocaux en verre consignés.
  • Nous leur demandons également de trier leurs déchets (tri participatif en restaurant).
  • Nous compostons nos déchets organiques.
  • Et nous cuisinons TOUT ! Tout ce qui arrive dans nos cuisines est brut et frais, et nous en sommes fiers 😉

PURetc-Histoire

La réflexion a commencé en 2009, vous étiez alors à votre compte ?

Non, en Septembre 2009, nous avons commencé à travaillé sur le projet depuis Paris, sur nos heures libres, après le travail (nous étions jeunes diplômés et démarrions dans la vie active).

Nous avons franchi le pas en juillet 2010 en déménageant à Strasbourg pour faire les travaux dans un local que nous avions trouvé et ouvrir les portes du premier restaurant en janvier 2011.

Depuis janvier 2011, quel chemin parcouru  en 5 ans et demi !

Oui nous avons maintenant 9 restaurants en France dont 1 foodtruck. En tout une soixantaine d’emplois créés sur le réseau, dont 35 sur les sites que nous gérons.

Mais notre jeune réseau n’est pas encore assez solide pour financer toutes ces ouvertures. Nous avons donc certains restaurants en propre et d’autres en licence, c’est un moyen de se développer sans avoir un apport financier immense, tout en garantissant le respect de notre image et la qualité de nos produits (qui sont tous cuisinés dans les cuisines que nous gérons en propre).

PUR etc-Jeuneurs3

Vous faites actuellement une campagne de levée de fonds de 200 000€ sur la plateforme wiseed, une plateforme d’investissement participatif en capital, qui permet à des investisseurs particuliers de financer collectivement des PME innovantes.

Pourquoi chercher de l’investissement en capital  participatif ? Est-ce votre première expérience de financement participatif ?

Nous avons déjà fait 3 levées de fonds et avons maintenant pris l’habitude d’utiliser ce levier de financement. En effet, notre jeune start-up en plein développement n’a jamais les apports suffisants pour obtenir des prêts bancaires puisque tous les flux sont réinvestis aussitôt. Nous sommes donc en permanence en recherche de financement.

Le financement participatif nous engage bien plus, moralement, à respecter nos engagements, mais nous donne un peu plus de souplesse qu’une banque.

Voici d’ailleurs une petite vidéo de présentation du projet

A quoi va servir la campagne d’investissement?

Elle va permettre de consolider notre enseigne et finaliser notre stratégie de développement afin d’assurer un futur développement efficace et à forte valeur ajoutée pour nos clients, nos producteurs, nos salariés et nos actionnaires.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à aller voir la présentation sur le site wiseed.

Quel est le retour sur investissement prévu pour ceux qui aimeraient participer ? Quel est le minimum qu’on peut investir ?

Il s’agit de capital développement, donc les investisseurs deviennent actionnaires de notre société (certains via une holding). Le retour sur investissement peut venir du versement de dividendes ou d’une sortie de capital avec une plus value. Il ne faut rien attendre avant au minimum 3-4 ans.

Le ticket d’entrée sur Wiseed est de 100€.

Vous trouverez toutes les informations liés aux aspects juridiques et fiscaux associés à cet investissement sur wiseed.

Quel conseil donneriez-vous à tous ceux qui aimeraient se lancer et devenir entrepreneurs mais qui hésitent à sauter le pas?

Il faut savoir bien s’entourer (car ce n’est pas tous les jours facile 😉 avec des personnes qui croient dans le projet et d’autres qui ont de l’expérience.

Il faut également avoir une grosse capacité de travail.

Pouvez-vous partager quelques joies et difficultés dans le fait d’être son propre patron ?

Joies : avoir la liberté de décider d’un changement librement et de le mettre en place, avoir la liberté de suivre ses convictions.

Difficulté : mettre en place une organisation et une structuration efficace et pérenne dans un contexte en perpétuel mouvement. Perdre du temps sur des questions administratives et financières qui peuvent casser notre élan et notre créativité, et évidemment il faut ajouter la difficulté de gérer des ressources humaines.

Un mot pour la fin ?

C’est grâce au financement participatif que nous en sommes là aujourd’hui. Nous sommes infiniment reconnaissants envers les personnes qui ont cru en nous et toujours surpris de voir leur enthousiasme.

Nous voulons continuer à nous développer en commençant par professionnaliser un peu nos procédures internes.

Une fois que ce sera fait, c’est tout le champ des possibles qui s’ouvrira à nous.

PUR etc-Plat1

Je remercie Héloïse pour ses réponses. Et en conclusion, ne laissez pas dormir votre argent à la banque, investissez dans ce beau projet !!

J’ai donné mes cheveux !

Propriétaire d’une longue tignasse, j’ai décidé de me faire une coupe de printemps. Mais pas question de jeter mes cheveux !

Je les ai donné à l’association Solidhair. Ils récupèrent les mèches à partir de 20 cm, pour ensuite les vendre à des perruquiers.  Avec l’argent récupéré ils soutiennent « des personnes atteintes du cancer et en difficultés financières, afin de leur offrir un peu plus de dignité. Car l’aide de la sécurité sociale n’étant que de 125 euros, c’est bien peu pour une prothèse capillaire de qualité ».

Comment faire un don de cheveux ? Solid'hair

Crédit photo: Anibas Photography

Je suis donc allée chez le coiffeur partenaire à Strasbourg (il y en a partout en France, répertoriés sur leur site internet) : le salon Les Cinq Éléments, 6 rue Kageneck, tout proche de la gare.

STYCKERS-SOLIDHAIR-PARTENAIRE-Final

Celle-ci a d’abord coupé une longue mèche de 20cm puis m’a fait une jolie coupe avec les cheveux qui me restaient 🙂

laurecheuveux

Et petit plus, ils proposent de venir avec son propre contenant pour acheter le shampoing. Pour moi, ce n’est pas utile, car j’utilise du Rhassoul ou du shampoing solide mais la démarche est top pour tous les adeptes du shampoing liquide !!

IMG_0031

Se prendre du jus (bio) et aimer ça !

Une des choses difficiles quand on travaille de chez soi, comme je le fais pour Ozetik, c’est qu’on peut passer sa journée sans sortir de chez soi.

Alors l’hiver, oui c’est sympa, surtout lorsqu’il pleut, qu’il vente, ou/et qu’il grêle (même si, soyons honnête, ça n’arrive jamais en Alsace 😉 )

Mais dès qu’il commence à faire beau, la frustration monte de ne pas laisser sa peau se faire carresser par les doux rayons du soleil et sentir la chaleur de l’été nous envelopper ! (Oui, vous l’aurez remarqué, j’adore l’été, qui me rendrait presque poétesse !!)

Alors hier midi, j’ai décidé de me faire plaisir et d’aller déjeuner en terrasse.

Bien sur, j’ai un QG : Pure etc. C’est un « Fast Good » : une restauration rapide de qualité dans une bonne ambiance. Pure etc. a plein d’avantages . Le premier ? C’est à 2 min à pied de la maison ! Ensuite, c’est très bon et tout est local, de saison, avec le moins de déchets possibles (tout est servi dans des bocaux consignés). Et leur plat du jour est à des prix abordables.

Pour 14,70€, j’ai eu droit à un chausson méditerranéen en entrée, une salade forestière à la tortilla aux champignons et pommes de terre, un grand jus frais maison pomme – carotte – gingembre (j’adore leurs jus!!), un café, et une belle place en terrasse  🙂

Et vous, vous mangez ou le midi ?

  pure etc

Pour les parisiens ils ont aussi deux restos sur Paris et proche banlieue..

Abonnez-vous au tableau Sorties écologiques de Ozetips sur Pinterest.

Un brunch pas comme les autres

Dimanche, nous avons dégusté un délicieux Brunch en plein centre de Strasbourg !

Un buffet alléchant avec

en boisson : café, thé, et jus de pommes

en salé : des œufs brouillés, des salades composées, des scones et muffins salés, des quiches, et du fromage

en sucré : des céréales, des gâteaux à la carotte, à la banane, au chocolat, du fromage blanc et de bons pains et viennoiseries.

Le tout bio, local & équitable et pour 16€ par personne, dans une ambiance sympa et bonne enfant, et entourés de petits stands écolos à découvrir lors de la digestion 😉 L’occasion de rencontrer des personnes engagées, passionnées et motivées pour parler de leurs projets !

Un seul regret : Ce brunch n’a lieu qu’une fois par an !

Il est organisé par Colecosol, pour promouvoir en Alsace le commerce équitable, la consommation responsable et l’économie solidaire, de façon agréable. Et ça marche ! Je trouve que c’est une super initiative, qui vaudrait le cout d’être répliquée plus souvent !

Il y avait, entre autres, La Backerstub pour le pain et viennoiseries,  Pur etc. et Gagao pour les scones, muffins et gâteaux, les jardins de Gaia et café Sati pour les thés et cafés..Que du bon 🙂

L’année prochaine, pourquoi pas tenir un stand Ozetik ?!

rbew7eamx1ex08uht3jm_400x400

A la foire…

Jeudi dernier, férié, profitant d’un temps grisonnant , nous nous sommes rendus pour la première fois à la Foire Eco Bio de  Colmar.

1ère impression, c’est énorme! Mais le parc des expo est joliment mis en valeur par de subtiles décorations végétales.

On y trouve des associations, des entreprises, des coopératives, dans tous les domaines liés à l’écologie. Nous avons déambulé à travers les stands. Et nous nous sommes arrêtés devant 4 stands en particulier dont j’avais envie de vous parler.

  • Eco H2O crée des systèmes de filtration naturelle d’eau. Le système sur lequel on s’est penché est hyper simple à poser sous l’évier.
    • Il filtre les résidus de pesticides, de produits chimiques, de métaux lourds, et de chlore de l’eau.  Pour tous ceux qui ne veulent que de l’eau en bouteille, par peur de la qualité de l’eau de nos robinets, c’est une super alternative.
    • Le kit coute 160€ et le filtre à changer tous les 6 mois coute 40€. Alors la 1ère année, c’est sure, c’est un investissement. Mais ensuite, si on est habitué à boire 1,5L d’eau par jour dans son foyer, qu’on achète de l’Evian à 35cts, le budget annuel est d’environ 190€, vs 80€ de filtre. Avec ce type de consommation, le système total (240€ la 1ère année + 80€ la suivante) est rentabilisé en 1 an et 8 mois. Sans parler de la réduction de la pollution (de la mise en bouteille et du transport) et de la réduction des déchets liés au non-achat des bouteilles d’eau en plastique. Alors foncez !
    • Pour l’instant, nous buvons tous l’eau du robinet dans la famille. Mais le jour ou bébé n°2 pointe le bout de son nez (on s’emballe pas, ce n’est pas pour tout de suite), nous investirons certainement dans ce système. Et j’espère bien le mettre en place à la crèche dans les prochains mois ! En plus de l’aspect écologique, c’est beaucoup plus rentable et beaucoup moins contraignant que l’achat hebdomadaire de packs d’eau.
  • 1083 est une marque vestimentaire qui crée des jeans, des baskets et chaussures d’été.
    • Les vêtements sont tous en coton bio africain, puis les produits sont tous fabriqués de A à Z en France. Les coupes de jean sont très belles, et les baskets, ballerines et sandales sont très sympa. Et le prix franchement attrayant ! Pour en savoir plus sur la marque et son créateur, beau-gosse très engagé, et très sympa, c’est ici !
    • Pour l’instant, je n’ai pas acheté de produits 1083. Pourquoi ? Je n’ai tout simplement pas besoin de nouveaux vêtements. Et même si c’est super écologique, je ne veux pas tomber dans un nouveau « consumérisme écolo bonne conscience » sans réflexion sur mes vrais besoins. Mais lorsque mes baskets, ballerines et sandales rendent l’âme, c’est sure je me rue chez eux 🙂  Surtout qu’ils vont jusqu’au 42, miracle !, car oui, j’ose l’avouer, mes pieds ne sont pas tout petits 😉
  • Fibres et Formes est une boutique strasbourgeoise et sur le net de commercialisation de vêtements bio et équitable, aux coupes jeunes, modernes et fashions.
    • La boutique à Strasbourg est hyper bien fournie, les vêtements sont très jolis, et la responsable, Louise, est une jeune trentenaire très dynamique et engagée. Je recommande, surtout qu’ils vont bientôt commercialiser les jeans 1083 !!
    • Lors du salon, je voulais acheter des lunettes de soleil pour ma fille (car oui ils ont aussi une boutique enfants !!), mais elles n’étaient pas sur le stand. Pourquoi ? Car elles sont en plastiques recyclés, et les responsables du salon n’autorisent que les matières naturelles ! C’est hyper cadré, ce qui est très bien, car ça évite les dérives de greenwashing qu’on peut trouver dans d’autres salons écolos… Du coup, j’irai en boutique en acheter 🙂
  • Enfin, une association de cours de cuisine bio végétarienne Sonnebluem, dont je parlais déjà ici !
    • J’adore la philosophie : Si nous voulons généraliser des élevages écologiques, artisanaux, qui respectent les animaux, les éleveurs, la Terre et l’environnement, nous devons accepter de manger moins de viandes car cette production de super qualité est disponible en moins grande quantité. Du coup, il faut savoir cuisiner végé pour les repas sans viande !
    • C’est tout à fait notre état d’esprit. Nous mangeons de la viande et du poisson une fois par semaine. En revanche, nous achetons la viande à la découpe d’un éleveur alsacien et le poisson d’une pisciculture des Vosges. Le reste du temps, il faut trouver des alternatives nourrissantes et savoureuses. Elles existent, il suffit juste de changer un peu ses habitudes. Et pour cela, Sonnebluem est là avec ses cours de cuisine 🙂

Nous avons vu d’autres projets très chouettes et inspirants, notamment Lecopot, des toilettes sèches d’intérieur design, jolies et pas crado du tout, pour les proprios qui ont un jardin (carrément motivée pour le système dès qu’on achète et qu’on a un petit bout de jardin !!) . Mais il fallait bien choisir sur quoi concentrer son attention !

foire2015

Une imbécile qui marche va plus loin qu’un intellectuel assis

Dans notre France qui promeut l’intellectuel qui réfléchit mais qui ne se rabaisse surtout pas à agir et tester ses idées, j’ai eu droit à des remarques interrogatives et pleine d’incompréhension suite à mon coming-out d’écolo-woman-au-quotidien !

Morceaux choisis :

  • « Faire un bac + 5 pour finir par faire sa lessive soi-même, hum hum »,
  • « Tu crois vraiment que tu vas changer le monde en faisant tes petites tambouilles ? »
  • « Tu te prends la tête ! De toute façon, ça ne sert à rien ! Tant que les industriels, les agriculteurs, les politiciens ne changent pas, à quoi bon ? C’est même anti productif, tu utilises mal ton temps, tu culpabilises le pauvre consommateur, au lieu de militer pour faire changer les méchants industriels et hautes sphères »
  • « Et l’emploi, si tu arrêtes de consommer t’en fais quoi ? Parce que les gens ils vont se retrouver au chômage et ça sera à cause de TOI ! » (Remarque des mêmes gens qui sous-entendent que mes actions n’ont aucune influence… cherchez l’erreur…)
  • « T’es pas un peu extrême dans ton attitude ? »
  • «T’as tellement de chemin à parcourir, t’as même pas de potager, pff »

Alors c’est parti, on reprend son souffle et on y va :

Oui, je me prends la tête ! Oui j’y passe du temps !

  • A faire plein de choses manuelles moi-même,
  • A trouver des sorties qui aient du sens,
  • A chercher les produits dont j’ai besoin d’occasion,

Oui je comprends ça peut paraitre un peu extrême

De faire soi-même tout un tas de trucs comme :

De cuisiner tout un tas de choses, pour ne pas acheter de transformés trop sucrés/salés sur-emballés comme les pates à tarte, les biscuits, les yaourts

De cultiver des vers chez soi,

D’acheter 100% de ses courses en vrac, bio et/ou locales et 0% en supermarché,

De ne pas avoir acheté un vêtement neuf depuis plusieurs mois, même pour notre fille

D’utiliser des couches lavables

Oui je sais ce n’est pas parfait

            Je prends régulièrement la voiture pour des sorties en région alsacienne

                        Je ne suis pas végétalienne, il m’arrive de manger de la viande, du poisson, des œufs.

                               J’ai encore quelques emballages et sacs plastiques non recyclables dans ma poubelles en fin de mois

                                    J’utilise aussi des couches jetables de temps en autre par facilité

Non, mon action (et celle de tous ceux qui croient au changement) ne va pas tuer l’emploi français, ça va le relocaliser. Exemple, l’industrie agro-alimentaire a détruit bien plus d’emplois qu’elle n’en a créée, boycotter les supermarchés n’est donc pas absurde pour l’emploi. Et puis, n’a-t-on pas plus d’ambitions pour la France qu’un pays créateur de shampooing, gel et autres produits polluants et toxiques. De façon un tantinet taquine, on peut souligner que la guerre aussi crée de l’emploi et de l’activité….

Oui j’ai un bac+5 et je « mets les mains dans le cambouis » de temps à autre ! Oui ça a un sens pour moi de faire tout ça. Et je préfère passer du temps à cela qu’à regarder la télé, ça détend de faire des choses soi-même et ça donne un sentiment de fierté, de travail accompli, qui n’est pas désagréable. Et puis la douce pensée qu’on peut se passer de tant de produits 100% marketing donne tellement la pèche que ça vaut le coup d’y passer une petite heure par mois. Car oui, ça ne me prend pas non plus énormément de temps. Même ma belle-sœur qui bosse plus de 60h par semaine, avec 3 enfants, y arrive alors, no excuse !

Je soutiens aussi les militants, les lobbys environnementaux qui font un super travail mais je pense vraiment qu’à titre individuel, on peut aussi faire bouger les choses et que toutes ces actions sont complémentaires.

Qu’attendre des politiques si leurs engagements écologiques n’ont aucun retour électoral ?

Qu’attendre des industriels si leurs engagements écologiques n’ont aucun impact sur les ventes ?

Soyons ambitieux pour notre avenir et travaillons tous ensemble à plus d’éthique et d’écologie !

Alors, motivés pour s’y mettre ? 3…2…1… Go Go GO 🙂

Vous avez tout lu ? Bravo ! Toutes les « recettes » de DIY  seront très bientôt en ligne, ainsi que des plats végé, et les astuces zero déchet… Abonnez-vous au blog et likez la page Facebook pour recevoir toutes les notifications

DSC_8118 

 

Je suis (enfin) une vraie Strasbourgeoise : j’ai un vélo!

Avec le beau temps qui revient, tous les strasbourgeois sont à vélo. Ca commençait à me titiller moi aussi.

Le vélo à Paris, j’avais carrément peur, mais à Strasbourg, c’est fingers in the nose (ouais je parle anglais parce que Strasbourg c’est cosmopolite tu vois, on parle toutes les langues, on est comme ça 😉 ) ; y a des pistes cyclables everywhere (=partout partout).

Alors le week-end dernier, on a fait un saut chez Emmaüs. Pourquoi acheter neuf, quand on peut trouver son bonheur d’occasion ?!

Acheter d’occasion est important pour moi. Nos ressources planétaires sont limitées et nous ne pouvons pas rester dans la logique  consommer -> jeter, non viable à long terme. J’achète donc peu de produits manufacturés et lorsque c’est nécessaire, essentiellement d’occasion. En plus, ça permet de soutenir des associations et de faire de super économies !

Voici mon superbe vélo, obtenu pour 55€.

IMG_7504

Grâce à cet achat et au prêt pour le week-end d’un (super) vélo cargo par une (super) maman de la crèche, nous avons pu faire une (super) balade sur le canal de la bruche samedi. Oui je vois la vie du (super) bon coté, c’est comme ça, c’est voulu !!

Une activité familiale très agréable et écolo jusqu’au bout des pédales 🙂

IMG_7543

Par ailleurs, j’ai profité du passage chez Emmaüs pour m’offrir un jean IKKS  (3€, c’est pas cher, encore moins cher que pas cher) ! Non pas que je sois une fashion addict, bien au contraire, je cherche à être dans une démarche minimaliste mais j’ai un peu maigri et je flotte dans tous mes pantalons alors je me suis offert un jean à ma taille.  Note spéciale à ma mère : Promis je vais re-grossir, ne t’inquiète pas pour moi !!

Une fois remplumée, je le redonnerai  pour que ça puisse servir à quelqu’un d’autre (et n’encombre surtout pas mes placards!!). Si nous faisions tous circuler notre garde robe, je pense qu’il n’y aurait plus besoin de fabriquer de vêtements pour les 10 prochaines années. Quand on sait l’impact écologique et éthique de la culture (et filature) du coton, ça motive pour revoir nos comportements…. Mais ceci fera l’objet d’un très prochain article… Patience…